La vessie hyperactive, qu'est-ce que c'est ?

La vessie hyperactive, qu'est-ce que c'est ?

La vessie hyperactive se traduit par des envies soudaines et incontrôlées de devoir uriner. Et ce, sans même que la vessie n'ait atteint sa capacité maximale.

Définition de la vessie hyperactive

La vessie hyperactive se caractérise par une capacité limitée à gérer sa vessie, et donc ses envies d'uriner.

Ceci se définit notamment par des besoins intenses et imminents d'uriner, sans forcément que la vessie ait atteint sa capacité maximale (soit entre 400 et 600 mL). Ou encore à de simples besoins d'aller aux toilettes régulièrement au cours de la journée, et/ou de la nuit.

Dans le cadre d'une impossibilité, ou de l'absence de toilettes, le syndrome de la vessie hyperactive peut être à l'origine de fuites urinaires, ou d'incontinences.

Les causes de la vessie hyperactive

Avoir la vessie hyperactive se traduit par un resserrement des parois internes de la vessie, quel que soit son niveau de remplissage.

En effet, la vessie peut être illustrée comme étant un ballon, capable de s'étirer lorsque celle-ci se remplit et de se resserrer après avoir uriné. Ce mécanisme est possible grâce à deux muscles de la vessie : l'urètre et le detrusor (muscle recouvrant l'intérieur de la vessie).

L'envie d'uriner est alors donnée lorsque ce dernier muscle se resserre. Soit lorsque la vessie atteint son niveau maximale de contenance. Dans le cadre d'une vessie hyperactive, le resserrement du detrusor se fait, quel que soit le niveau de remplissage de la vessie. D'où l'envie d'uriner sans même que la vessie soit pleine.

Qui est touché par la vessie hyperactive ?

Chaque individu peut se voir confronté à un problème de vessie hyperactive. Toutefois, ce problème est amplifié avec l'âge et les femmes sont le plus souvent confrontées.

Les symptômes de la vessie hyperactive

Les signes cliniques caractéristiques d'une vessie hyperactive sont :

  • des envies d'uriner fréquentes (voire très fréquentes), même si la vessie n'a pas atteint sa capacité maximale de contenance ;
  • des besoins de se rendre aux toilettes régulièrement, avec l'appréhension de devoir uriner à un moment inadéquat ;
  • des fuites urinaires et des incontinences lorsque la personne n'a pas la possibilité de se rendre aux toilettes ou qu'il n'y a pas de toilettes à proximité.

Les facteurs de risque de la vessie hyperactive

Parmi les facteurs de risque d'une vessie hyperactive nous pouvons citer :

Comment prévenir la vessie hyperactive ?

En termes de prévention de la vessie hyperactive, il ne s'agit surtout pas de limiter son hydratation mais d'éviter certaines boissons, telles que : l'alcool, les boissons contenant de la caféine, les boissons gazeuses, les jus de fruits.

Mais également d'éviter certains aliments : les agrumes, les fruits, les aliments épicés, le vinaigre, le chocolat,

Il est également recommandé de ne pas boire après le dîner et d'aller systématiquement aux toilettes avant de se coucher, afin d'éviter (ou de limiter) les envies d'uriner nocturnes.

Comment traiter la vessie hyperactive ?

Plusieurs moyens permettent de limiter (ou de traiter) le problème d'une vessie hyperactive :

  • des exercices de rééducation de la vessie, permettant de limiter les envies d'uriner
  • des médicaments spécifiques afin de réduire le nombre d'envies et de limiter les fuites
  • une injection de toxine botulique au niveau du muscle de la vessie, permettant à la vessie de garder plus d'urine
  • une stimulation du nerf tibial, situé au niveau de la cheville et jouant un rôle important dans la gestion de la vessie.
Delphine Waquier
Rédaction : Delphine Waquier
Rédactrice scientifique
Septembre 2017
94% Des lecteurs ont trouvé cet article utile Et vous ?